Zoom arrière

alain brunache

Bien souvent il n'est en moi qu'activité mentale. C'est à dire que ma conscience est engluée dans une histoire qui est en train de se raconter. Cette histoire s'inscrit dans le temps. Elle fait référence à une interprétation du passé et une imagination du futur.

 

À d'autres moments il y a ressenti. La conscience est alors en présence d'une information transmise tout de suite par un de mes cinq sens. Ici le mental est déjà moins agité car je ne peux être en même temps dans la saveur de l'instant et dans le scénario d'une histoire, même si les deux s'enchaînent souvent à grande vitesse.

J'inclus dans cette deuxième disposition intérieure, l'écoute et la saveur instantanée de ma couleur émotionnelle ou la vision désidentifiée et également instantanée de ma pensée du moment.

Ici, la conscience est déjà très engagée dans la saveur de l'instant mais il est des zones de tensions, de refus qui peuvent demeurer exclues.

 

Un troisième niveau peut alors opérer... Comme un effet de zoom arrière, la conscience perçoit un champ plus large qui englobe maintenant une tension restée dans l'ombre. Il y a là une conversion du cœur, une alchimie, un lâcher-prise... Par le simple fait d'être vue, intégrée..., la tension, qui dans l'intimité était refusée, devient partie intégrante de mon cœur. Ici, l'amour commence à couler, plus rien n'est extérieur, tout est accueilli. Une humilité naturelle permet que la totalité prenne place en moi sans méfiance aucune. Un sentiment d'élargissement et de liberté participe à la célébration du vivant inhérente à mon cœur qui vient de s'ouvrir.

Écrire commentaire

Commentaires : 0