A propos des tensions...

alain brunache

Je croyais que l’absence d’identification au "moi" induisait l'absence de tensions corporelles, psychiques et mentales.


Il n'en est rien. Je réalise qu’en l’absence d’identification, il n’est simplement pas de « je » propriétaire des tensions qui m’habitent.


Et je découvre qu'au cœur de la souffrance, l’éprouvé de la vastitude demeure toujours prêt à m’étreindre.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0