Chère dualité

alain brunache

Ô mon Père,
Rien je ne maîtrise...

Je tente de saisir,
Mais tu me dépossèdes

Face à ton joug,
Aussi puissant que doux

Je résiste un moment,
Puis m'effondre sans plainte

Fais bien de moi ce que tu veux,
Tout voué je te suis

En écoute et en foi,
Je m'éteins pour te vivre.  

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    DIET Marie-Christine (dimanche, 21 juillet 2013 11:33)

    Merci ; je fais mienne cette prière.