Positivité-Négativité

alain brunache

Dans la multiplicité de mon monde intérieur, il semble exister un consensus sur le fait que l'accueil de ce qui est d’une grande vertu.

 

Souvent appréhendé avec une part mentale plus ou moins perçue, et compte tenu que la souffrance est conséquente au refus de ce qui est, ce consensus peut prendre le visage d’une nouvelle loi qui condamne subtilement la complaisance, l'attrait ou simplement l'apparition de la souffrance.

 

La positivité qui consiste à voir ‘‘le verre en moitié plein’’ vient alors se placer en référence, accompagnée de condescendance et de jugement à l'égard de la vision ‘‘du verre en moitié vide’’ inhérente à la négativité.


Or la négativité existe, la souffrance existe, elles sont aussi ce qui est.

 


Cette réflexion m'invite au silence et fait lever le goût de ne rien valoriser ni ne déprécier, dans les mouvements souffrants qui me traversent.

Écrire commentaire

Commentaires : 0