En savoir + sur la GESTALT-THÉRAPIE

Qu’est-ce que la Gestalt-thérapie ?

Gestalt vient du verbe allemand « gestalten » signifiant « mettre en forme, donner une structure».

 

Née dans les années cinquante aux Etats-Unis, d'une organisation de chercheurs humanistes impulsée par Fritz Perls (contemporain de Freud), la Gestalt est arrivée en Europe dans les années 70.

 

S’inscrivant dans le courant de la psychologie humaniste, existentielle et relationnelle, elle vise à développer l’autonomie, la responsabilité et la créativité. La Gestalt-thérapie ne limite pas l’humain à une vision individualiste, mais s’intéresse aux interactions de l’individu avec ses environnements, qu’ils soient personnels, professionnels ou sociaux.

 

En séance, on s'intéresse à ce qui ce passe dans l'interaction entre le patient et le thérapeute car la Gestalt considère que ce qui se passe maintenant pour le patient est un reflet de sa façon d'être au monde.

 

La Gestalt a de l’Homme une vision holistique et favorise le dialogue constant entre pensées, émotions, sensations corporelles et dimension spirituelle.

 

Il existe aujourd’hui plusieurs courants issus des travaux de recherche et des pratiques de la Gestalt-thérapie. Certains mettent l’accent sur la phénoménologie, la philosophie, l’existentialisme, la dimension corporelle et sa dynamique. D’autres font des passerelles entre la psychanalyse et la théorie de la Gestalt-thérapie.

Ce que l’on peut entendre en fin de thérapie…

« Il y a un avant et un après, mais je ne sais pas quand cela a basculé : c’est dans l’après-coup que je réalise. »

 

« Je m’accepte tel que je suis, du coup cela me donne de l’assurance et de la sécurité. Je n’ai plus cette tension qui me pousse à être autrement que je ne suis. »

 

« Je m’aperçois que je suis dépendant des autres, alors que je croyais pouvoir me débrouiller seul dans la vie. Mais au lieu de m’inquiéter, cela me donne un sentiment profond d’être relié, d’appartenir à un groupe ou à l’humanité. Je n’avais pas réalisé à quel point cette autonomie acquise, l’était au prix d’une solitude profonde. Et aussi, je vois que je peux apporter quelque chose aux autres. »

 

« Je ne sais pas si j’ai changé, mais en tout cas au lieu de me sentir “pas comme il faut”, je me sens différent des autres et cela ne me pose pas de problème. Et du coup les autres non plus ne m’en posent plus. »

 

« Je me sens libre. Je n’aurais jamais cru cela possible, ce sentiment de liberté. Ça me pousse de l’avant, je ne sais pas où. »

 

« Je ne suis plus submergé par mes émotions comme avant, je n’ai plus de comportements impulsifs. Je vois venir, je n’ai même pas besoin de contrôler, ça redescend tout seul. »

 

« Je savais bien que quelque chose n’allait pas. J’ai réalisé que je m’étais coupée de ce que je ressentais, j’assistais à ma vie sans vraiment y participer. Maintenant, je suis plus en prise avec ce qui m’arrive et les autres m’affectent, du coup je peux aimer. »

 

« Ce qui a changé, c’est que je me lève le matin sans angoisse. C’est tellement plus cool ! »

 

« Dans le fond, ce qui m’est arrivé, c’est grave, mais cela ne valait pas la peine que je continue à empoisonner ma vie d’adulte avec ça. »

 

« J’ai encore des problèmes, mais maintenant je sais que je peux continuer seul, j’ai les outils pour les surmonter. »

Déontologie et Gestalt-thérapie

Le Gestalt-thérapeute diplômé s’engage sur un plan déontologique dans le but de protéger le patient et de favoriser le travail thérapeutique. Le code de déontologie exige du Gestalt-thérapeute de s’abstenir de tout abus de pouvoir vis-à-vis du patient, de continuer à se former et de reconnaître, le cas échéant, les limites de la prise en charge qu’il peut proposer.

 

Le Gestalt-thérapeute travaille selon les règles de la confidentialité et du secret professionnel. Son attention première est tournée vers son patient, sa dignité, son intégrité et sa liberté de choix.

Formation du Gestalt-thérapeute

Le cursus de formation dure 5 ans - 1000 heures réparties en 3 cycles - validé par un contrôle des connaissances et la rédaction d’un mémoire théorico-clinique. Cette formation longue - hors psychothérapie personnelle d’un minimum de 3 ans exigée - permet l’intégration des fondements de la Gestalt-thérapie, autant sur un plan théorique qu’expérientiel et vise à articuler pratique clinique et théorie. Parallèlement, l’étudiant doit valider une formation en psychopathologie et s’engager à suivre une supervision permanente.

 

 

Par ce long processus, le Gestalt-thérapeute va acquérir un savoir, mais aussi un savoir-faire et un savoir-être, compétences qu’il ne cesse de développer par une formation continue.